Accueil

Les roses du jardin des bienfaîtes

Au fond de la place Stadtbergen, du nom de la commune allemande avec laquelle Brie-Comte-Robert est jumelée depuis 1987, se situe le jardin des Bienfaîtes avec ses roses.

Roseraie

La roseraie évoque cette production horticole de renommée internationale qui impactait l’environnement économique et local de la région durant plus d’un siècle comme en témoignent les nombreuses exploitations horticoles ou les infrastructures routières et ferroviaires telle que l’ancienne ligne du chemin des roses à Brie.
Les retrouver dans le jardin des Bienfaîtes rappelle la mise en valeur du végétal dans un patrimoine urbain de plus de 700 ans. Car, même au Moyen-Age, le végétal trouve sa place au cœur de bourgs ou dans les faubourgs. Nombreuses sont les parcelles qui associent habitation et jardins ou lieux de productions maraîchères, aromatiques et médicinales au cœur de ville, comme l’indique le Censier de Louis d’Orléans de 1394. On appelle censier, le registre foncier seigneurial contenant la liste des tenanciers et de leurs biens soumis au cens, taxe foncière. La copie du censier et la liste des tenanciers sont exposées au C.I.P.. La dénomination du jardin renvoie au premier seigneur de ce fief à la fin du XIIIe siècle, Simon des Bienfaîtes. Dès son origine, cet espace est destiné à être un havre de verdure comme aujourd’hui.