Accueil

Un trésor naturel à préserver

Dans le cadre de l’élaboration collaborative du futur jardin la Friche, un inventaire des espèces naturelles a été dressé. L’occasion d’en savoir plus sur la faune et la flore qui composent cet espace vert.

Le futur parc public commence à prendre forme. Ce mois-ci, les premières plantations vont être réalisées, conformément au plan élaboré au cours des réunions participatives. Au total, près de 70 arbres et 500 arbustes vivaces seront plantés dans le jardin. À la demande des participants lors des ateliers, la ville a également mandaté l’association Seine-et-Marne environnement afin de dresser un état des lieux de la faune et de la flore de cet espace naturel. Cette étude, menée fin octobre, a permis d’établir une liste des espèces animales ou végétales présentes.

Des espèces protégées

L’association a notamment eu recours à la pose de mangeoires pour l’observation des oiseaux ainsi qu’à l’utilisation d’une plaque destinée à dénombrer les reptiles. Des capteurs ont permis également de détecter la présence de nombreuses chauves-souris. Les grands arbres, les anfractuosités sur les murs au niveau du potager et des vestiges de la maison, rendent ce site particulièrement attractif pour ces mammifères. Quatre espèces différentes ont été notées sur le site, toutes sont classées à l’échelle nationale. Des écureuils roux ont également été observés. Parmi les six espèces d’oiseaux repérées dans le parc, trois sont protégées : la mésange bleue, le rougegorge familier et la mésange charbonnière. Au niveau botanique, plusieurs plantes exotiques envahissantes ont été repérées, comme la renouée du Japon. Leur présence est en partie liée à l’histoire du lieu, ancien jardin d’agrément et ancien potager. Elles ne seront pas conservées dans le futur aménagement.

Préserver la biodiversité

Dans son étude, l’association Seine-et-Marne environnement fait plusieurs préconisations, notamment de préserver les habitats des chauves-souris et de laisser l’espace le plus naturel possible afin de préserver la biodiversité. Des conseils qui vont justement dans le sens de la démarche initiée dès le départ par les « défricheurs » (les participants aux ateliers). L’une des principales valeurs de ce futur parc étant de créer un espace naturel préservé, avec une harmonie entre nature et aménagement. Le nouveau jardin doit ouvrir ses portes le 14 juillet prochain.