Accueil

Interview de Luc Sauvignon

Délégué conseiller municipal délégué à l'urbanisme.

Luc Sauvignon

Les nuisances étaient-elles moins présentes il y a une dizaine d’années ?
Bien sûr. Le trafic, la fréquence et l’intensité des vols ont augmenté en peu de temps. De plus, l’extension d’Orly a largement contribué à cette croissance. Avant, déjà des collectifs se mobilisaient contre les nuisances.

Pourtant, avec l’évolution des technologies, les avions font moins de bruit ?
Ce n’est pas aussi simple. Les nuisances aériennes, ce sont des calculs fournis par les compagnies. Il faut savoir qu’elles ont le droit d’émettre un certain nombre de décibels et de pollution par rapport au nombre de passagers transportés. Il suffit qu’elles augmentent le taux de remplissage des avions pour avoir le droit de polluer plus en terme de bruit mais également l’atmosphère.

Le bruit émis par les avions est-il nuisible à la santé ?
La plupart des Briards se sentent agressés par le bruit des avions qui passent. Le seuil dit acceptable se situe entre 70 et 75 décibels. Les gros porteurs dépassent en général les 80 ce qui peut entraîner parfois des traumatismes sonores. Il faut faire attention avec le bruit ressenti et le bruit réel. La fréquence joue alors un rôle important et à Brie, par vent d’Est, on peut avoir un avion toutes les 52 secondes !

Le combat contre les nuisances aériennes est mené depuis longtemps avec l’ABCNA. A-t-elle fait bouger les lignes ?
L’association s’est dissoute en 2017 faute de bénévoles. Les membres étaient peu nombreux et avaient donc un impact limité sur le problème, malgré leur engagement. La ville a eu le choix de reprendre l’association, mais en étudiant la question, nous avons préféré adhérer à DRAPO. Ainsi, en tant qu’élus, nous avons opté pour nous rattacher à une instance forte qui présente une puissance en termes d’effectifs (220 adhérents) et de compétences (une quinzaine d’experts dont des techniciens, contrôleurs aériens ou anciens pilotes de ligne). Nous avons également adhéré à PRISALT qui se concentre plus sur la ville de Brie. Ainsi, nous avons plus de chance de faire avancer le dossier. Dans tous les cas, nous tenons à remercier les bénévoles de l’ABCNA pour tout le travail accompli et les efforts fournis durant de longues années.

La plupart des Briards sont contents d’avoir Orly près de chez eux, ce n’est pas vouloir « le beurre et l’argent du beurre » ?
Tout à fait. Brie se situe à l’épicentre d’Orly et de Roissy. Ces deux aéroports constituent un véritable bassin d’emplois. Aussi, pour les voyageurs réguliers, c’est un atout indéniable. Mais le problème est en fait social car 10% de la population en profite alors que les 90% restants ne font que subir les nuisances.

Les nuisances sonores, une fatalité ?
Bien sûr que non ! Par nos actions, les acteurs de l’aviation commencent à réagir et prennent en compte, petit à petit, la réalité du terrain.