Accueil

Interview Claudine Amé

À l’occasion de la 5e Semaine du chien guide d’aveugle qui se déroule du 18 au 25 septembre, Claudine Amé, bénévole des Chiens guides d’aveugles d’Ile-de-France à Coubert, nous fait partager son expérience.

Chien guide d'aveugle

Comment avez-vous connu l’association ?
J’ai vu un reportage il y a quelques années et je souhaitais m’investir pleinement dans le caritatif. J’ai découvert les chiens guides d’aveugles. J’adore les animaux et je suis sensible au handicap qui n’est pas assez accepté en France.

Comment est organisée l’association ?
La Fédération française des associations de chiens guides d’aveugles a un réseau d’élevage et fournit 80 % des chiots à l’association. Ils sont confiés à des familles d’accueil bénévoles jusqu’à leur 1 an environ. Ensuite, ils rentrent en école pour être éduqués durant 6 à 8 mois. Les lieux comprennent notamment un parcours d’entraînement, une infirmerie, une salle de jeux pour les chiots, un enclos extérieur ou encore un escalator d’entraînement. S’il réussit cette phase, le chien est certifié apte et peut ainsi être confié à une personne déficiente visuelle. Ils forment alors une véritable équipe car ils vont devenir inséparables. Le chien accompagne son nouveau maître jusqu’à ses 10 ans avant de partir en retraite. Il est bien souvent adopté par la personne ou sa famille.

Quel est plus particulièrement votre rôle de famille d’accueil ?
J’accueille des chiots durant leur première année pour une phase de pré-éducation et de socialisation. Un kit nous est remis avec du matériel (jouets, harnais, etc.). Durant cette année, le chiot passe des examens de santé et des évaluations comportementales afin de déterminer s’il est apte à devenir un chien guide. Accueillir un chiot demande de la disponibilité et de la patience. Mais lorsqu’il est remis à une personne déficiente visuelle, on voit toute l’utilité de notre implication.

Comment cela se traduit au quotidien ?
Il faut porter beaucoup d’attention au chiot, lui apprendre la propreté et les bases de l’obéissance. Je l’amène partout avec moi pour qu’il se familiarise avec les environnements de la vie courante. Nous bénéficions d’un réel suivi car nous sommes accompagnés par les éducateurs de l’école que l’on rencontre régulièrement pour des cours individuels et collectifs.

Pour conclure, êtes-vous satisfaite de cette expérience ?
J’en suis à mon 8e chien donc oui totalement. Il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances au préalable, car les éducateurs nous accompagnent. Le résultat est extraordinaire. Alors n’hésitez pas à sauter le pas en devenant famille d’accueil !