Accueil

Chenilles processionnaires

En juin, la chenille processionnaire du chêne entamera son cheminement pour trouver refuge et préparer sa métamorphose en papillon. Petits rappels de sécurité.

Chenilles

Venue du sud de la France, la chenille processionnaire compte deux espèces : celle du pin et celle du chêne. Chacune tient son nom de l’arbre dans lequel elle niche, ayant une affinité toute particulière pour celui dernier. Alors que les oeufs pondus tout en haut des arbres et dissimulés sous un voilage blanc éclosent, les chenilles, en groupe, descendent de leur abri pour aller se cacher à la chaleur avant de se transformer en papillon de nuit. C’est à ce moment-là qu’on les remarque se suivant les unes les autres, à la queue leu leu. Alors que la chenille processionnaire du pin a entamé son voyage en avril, celle du chêne réalisera le sien ce mois-ci.

Allergisantes

Provoquant des réactions urticantes parfois graves, il est indispensable de s’en tenir éloignés. En effet, sous l’effet du stress, elle peut éjecter ses poils, responsables des symptômes. Ne les touchez pas non plus. Réactions épidermiques ou encore asthmatiques, mieux vaut les éviter.

Comment s’en débarrasser ?

Si vous constatez la présence de chenilles sur votre terrain, appelez une entreprise spécialisée dans l’élimination des espèces nuisibles. Si cela a lieu dans l’espace public, contactez les services techniques de la ville. Le plus pertinent est de pouvoir les éradiquer quand elles sont encore sous forme d’oeufs dans les arbres, ou en cocon, ou alors sous forme de papillons (là, les chauves-souris nous sont d’un grand secours !).

 

> Biodiversité en vue