Accueil

Une cavalière de haut niveau

À 15 ans, Sarah Ftouh Heimling est arrivée troisième au championnat de France d’équitation, discipline du saut d’obstacles catégorie Club 1 Cadet 1, avec son club les Écuries de Brie.

Equitation

Depuis quand pratiques-tu l’équitation  ?
À quatre ans, une amie m’a proposé de venir la voir faire du poney. J’ai tout de suite accroché. J’ai fait un cours d’essai et ça a été un vrai coup de foudre, depuis je n’ai jamais arrêté. J’étais dans un club à Fontainebleau jusqu’en CE1 puisque j’y habitais, et depuis je monte aux Écuries de Brie.

Qu’est-ce que tu préfères dans cette discipline  ?
J’adore le saut d’obstacles car il y a de l’adrénaline et des sensations fortes. J’ai essayé le horse-ball aussi et ça m’a beaucoup plu, même si ça fait un peu peur.

Tu as participé au championnat de France en juillet dernier, comment arrive-t-on à ce haut niveau  ?
C’est grâce à ma coach qui m’a poussée à monter des chevaux de plus en plus compliqués et à faire toujours mieux. Elle m’a bien conseillée. Tout au long de l’année, j’ai dû me qualifier pour le championnat de France en faisant des concours. La qualification, c’est le reflet de mes résultats durant toute la saison. En concours, je monte toujours mon propre cheval, Sarky. Il a 11 ans et il a un gros caractère ! Il est gentil mais très joueur, ce que je trouve drôle. Pour atteindre ce niveau, c’est beaucoup d’entraînement, je monte tous les jours et je fais des concours deux fois par mois, voire plus.

Comment s’est déroulé le championnat de France  ?
D’habitude je ne suis pas stressée, mais là, même si j’essayais de faire comme les autres jours, je sentais qu’il y avait quelque chose de différent. Mon cheval aussi était stressé, l’ambiance était bizarre. Mais une fois en piste, je me suis concentrée sur mon épreuve et tout s’est bien passé. Il y avait une quinzaine d’obstacles à franchir dans un ordre défini, en essayant d’être la plus rapide et sans faire d’erreurs. J’ai mémorisé le parcours à pied avec ma coach puis une fois à cheval, c’était directement pour passer l’épreuve. J’ai terminé 3e sur 113. J’étais surprise car je ne voulais pas espérer une place trop haute et être déçue. Mes amies et ma famille étaient là pour me soutenir, c’était super.

Est-ce que tu veux en faire ton métier  ?
Je ne veux pas devenir cavalière professionnelle car j’ai peur de faire passer le métier avant la passion. Je vais peut-être garder un pied dans ce domaine pour mon futur métier, mais pour l’instant je suis encore à l’école et je ne sais pas vers quel métier je vais me diriger.