Accueil

Le foot, une passion

Le SCB Football compte 460 licenciés. Le club propose aux jeunes de se former au certificat fédéral de football, pour être éducateur. Rencontre avec Samir Laouej, responsable de l’école de football et chargé de la formation, et Billel Belabdi, jeune coach en formation.

Foot formation

Quel est votre parcours dans le football ?
Samir : Le football est un sport populaire, tous les jeunes de mon quartier y jouaient. Ma mère était stricte et faire du football me permettait de retrouver mes copains. J’ai évolué à un bon niveau régional et j’ai eu l’occasion de jouer la coupe de France en 32e de finale avec mon ancienne équipe. Aujourd’hui, je suis éducateur et je passe le Brevet de moniteur de football. Je vais obtenir le titre de professionnel de l’encadrement du football.
Billel : J’ai commencé le football à 12 ans à Brie en loisirs. Depuis que je suis petit, je regarde les Coupes du Monde, les Euros et les grands événements sportifs du football. L’époque Zinedine Zidane, ça a branché les jeunes dont je faisais partie.

Samir, quel est votre rôle dans la formation ?
Je suis dans l’accompagnement, je les aide à réussir leur diplôme. La formation théorique apprend aux jeunes à construire une séance de football. La pratique se déroule au club, par le biais d’un tuteur, moi. J’essaie de les corriger et les orienter selon ce qu’ils savent faire ou non.

Pourquoi avoir choisi d’y participer, Billel ?
Je souhaite transmettre ma passion aux enfants. Un copain m’a parlé de cette formation. Il m’a invité à découvrir une de ses séances d’entraînement et m’a demandé de prendre en charge un exercice. J’ai aimé cette expérience donc j’ai pris contact avec le responsable et il m’a donné ma chance. J’apprends tous les jours. La théorie dure quatre jours et l’examen final, une journée. Entre les deux, il y a un stage de mise en pratique avec cinq séances à réaliser sur l’année, en présence du tuteur. Je rends ensuite un rapport de stage pour valider mon diplôme.

En quoi cette formation est un plus ?
Samir : J’aime le fait de rendre les jeunes responsables en leur donnant la possibilité de transmettre leur savoir et leur passion aux enfants. L’objectif est de voir en tant que coach si, à la fin de l’année, ils ont réussi à emmener un enfant d’un point A à un point B. Ça leur montre qu’ils ont véhiculé, à travers ces formations, des valeurs et un savoir.
Billel : Ça me sert dans la vie de tous les jours. Je suis devant un public, des enfants, et j’apprends beaucoup de choses sur moi. J’apprends à être patient et j’acquiers des qualités. Ça apporte un cadre. C’est un vrai plaisir, la transmission du savoir.

Avez-vous des modèles dans le football ?
Billel : Il y a certains grands joueurs qui ont fait que j’aime autant le foot maintenant. Zinedine Zidane, Lionel Messi, Cristiano Ronaldo : ce sont des joueurs exemplaires qui ont travaillé dur pour arriver au niveau où ils sont.
Samir : En tant qu’éducateur, je m’identifie sur les stratégies des équipes. Cela m’inspire dans l’organisation de ma programmation annuelle. Chacun choisit sa vision du football. C’est ce qui va animer notre saison, en s’inspirant de plusieurs modèles.

Billel, souhaitez-vous vous lancer professionnellement dans ce domaine ?
Je prépare une licence en management du sport. Il y a aussi le Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, qui permet de devenir éducateur sportif. Le fait de devenir coach m’a permis de trouver ma voie.

Un mot sur le centre de formation à Brie ?
Samir : Cette année je forme cinq jeunes à devenir coach pour les petits. L’école de football vit bien, avec une très belle équipe éducative. Les jeunes éducateurs sont un pilier pour le club, ils feront l’avenir du club, c’est pour ça qu’il faut les accompagner, les motiver.