Accueil

Une violoncelliste de talent !

Mai-Lan Semon est une Briarde de 15 ans. Elle joue du violoncelle depuis qu’elle a 6 ans.

Violoncelliste

D’où vient votre passion pour la musique ?
Mes parents apprécient la musique. Ils m’ont inscrite au conservatoire de Brie dans la classe d’éveil musical lorsque j’avais 3 ans. J’ai appris à chanter et à me servir d’instruments. Ma professeure m’a proposé de jouer du violoncelle. J’ai essayé l’instrument et écouté une violoncelliste. J’ai su que c’était ce que je voulais faire et je ne regrette pas du tout !

Pouvez-vous détailler votre parcours musical ?
J’ai commencé au conservatoire de Brie avec le solfège et l’instrument. Je jouais aussi dans l’orchestre du conservatoire. À 10 ans, j’ai passé un concours au conservatoire de la ville de Paris et j’ai remporté le 1er prix ! L’année suivante, j’ai changé de conservatoire pour améliorer ma pratique instrumentale. Je suis allée à Fresnes. Aujourd’hui je joue dans l’orchestre symphonique de Fresnes 2h30 par semaine. J’ai également un cours d’analyse, écriture et composition 3h par semaine. Lors de deux sessions annuelles, je participe aussi à l’orchestre symphonique du Val de Bièvre.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus et le moins dans cette pratique ?
J’aime trouver l’interprétation adéquate d’un morceau. Il est difficile d’avoir son propre style car il existe déjà de nombreux registres. Jouer en public est stressant mais j’aime ça, je suis très heureuse d’être sur scène avec un public. J’aime moins travailler la technique, mais je reconnais que c’est nécessaire !

Quels sont vos projets ?
Je m’intéresse à différents domaines. J’aime la danse classique que j’ai pratiquée durant 10 ans. J’aime aussi la littérature, j’écris des poèmes et des textes courts. Je pense faire une classe préparatoire littéraire avec option musique. Je suis intéressée par l’École normale supérieure, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris mais aussi l’Institut d’études politiques de Paris. Ça me plairait de travailler à la radio en tant que journaliste pour la musique. Je ne me lasse pas de cet art. Le violoncelle m’offre un répertoire assez large et je progresse sans cesse en jouant des morceaux de plus en plus difficiles. C’est ce qui me motive ! Je n’ai pas fini d’explorer mon instrument !