Accueil

Un jeune Briard publie son premier livre

Nicolas Pinon a 16 ans. Il vit à Brie et étudie au lycée Blaise-Pascal. Passionné par le cinéma, il écrit des histoires. Son premier livre, Five, a été publié au mois de mai.

Un jeune Briard publie son premier livre

Comment en êtes-vous venu à écrire un livre ?
J’écrivais des scénarios que je filmais avec les moyens du bord. En 2017, j’ai eu l’idée de l’histoire de Five. Je me suis rendu compte que c’était assez bien construit, et j’ai décidé d’en faire un livre. Je l’ai d’abord fait lire à mes parents et à ma sœur. Ils ont trouvé ça bien. Ils étaient surpris car je n’avais jamais pris de cours d’écriture. J’ai eu beaucoup de retours positifs, je me suis dit qu’il fallait l’éditer. Le premier tome est paru en mai. J’ai déjà écrit la suite ! Je sentais qu’il y avait quelque chose à raconter. J’y développe les côtés mystérieux du premier tome. Il sortira cet été.

D’où vient votre inspiration ?
L’idée m’est venue naturellement. Écrire des histoires me passionne depuis toujours. J’aime les auteurs comme Suzanne Collins (Hunger Games) et Veronica Roth (Divergente). Je voulais faire quelque chose d’original mais en gardant un style pour les adolescents.

Quand écrivez-vous ?
Il ne se passe pas une heure sans que je pense à mes histoires. J’ai un carnet où je note toutes mes idées. Je vois un détail dans la rue et je développe toute une scène. Je peux passer plusieurs semaines sans écrire et, d’autres fois, trois heures sécoulent sans que je décolle les doigts du clavier.

Comment vous êtes-vous fait éditer ?
Quand j’ai commencé à écrire, un ami a lu mon histoire. Il est devenu « fan ». Il en a parlé autour de lui et avec le bouche-à-oreille, ça s’est répandu. Je suis allé à la médiathèque de Brie pour faire découvrir mon manuscrit. J’ai eu du soutien. Ça m’a fait très plaisir que mon livre soit apprécié par un professionnel. J’ai décidé de l’envoyer aux éditions Nathan, la maison qui a édité Divergente. J’ai eu un retour après six mois. Ils ont aimé certaines scènes mais il ne correspond pas tout à fait à leur domaine.

Qu’avez-vous fait alors ?
Les règles des maisons d’édition sont strictes et je ne voulais pas dénaturer mon livre. Je l’ai envoyé à une maison d’autoédition. Il faut faire soi-même sa promotion, mais aussi effectuer la relecture, corriger les fautes et vérifier s’il n’y a pas d’incohérence. Pour la couverture, j’en ai eu l’idée et ma soeur, qui est dans une école d’animation 3D, l’a réalisée. Le livre est actuellement en commande sur internet.

Quels sont vos projets ?
Ce serait un rêve que mon histoire soit adaptée au cinéma. Les lecteurs me disent qu’ils ressentent les émotions des personnages. Ils imaginent les scènes d’un film et se projettent au cinéma. Pour l’instant écrire reste une passion. Je veux la travailler à fond. J’ai déjà en tête une prochaine saga que j’ai commencé à écrire mais je peaufine les prochains tomes de Five pour le moment.