Accueil

Réchauffement climatique, Relevons ensemble le défi

Alors que le centre social la Passerelle lance son Défi familles Zéro déchet, petit point sur ce que nous pouvons tous faire pour réduire notre impact environnemental.

Pourquoi + 2°, c’est trop

Alors que les accords de Paris avaient fi xé un objectif de +1,5° d’augmentation des températures pour 2100, le GIEC, groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, publiait en août un rapport sur l’état de santé de notre planète. Mi-septembre, des scientifi ques, notamment du CNRS, publiaient de leur côté leurs résultats.

Il est encore temps

Notre mode de vie et notre consommation se sont emballés depuis les années 1960. Ainsi, en près de 60 ans, la planète s’est déjà réchauffée de 1 °C. Si nous continuons à vivre de la manière actuelle, les scientifiques estiment que nous aurons réchauffé la planète de 3 à 4° en 2100, certains estiment même que nous irons jusqu’à 6 voire 7°!

Quel est l’impact de cette augmentation ?

Entre une augmentation de 1,5° et de 2°, les conséquences sont très différentes. Ces quelques 0,5° de différence de température entraînent trois fois plus de personnes (420 millions) exposées à des vagues de chaleur sévères au moins une fois tous les cinq ans, une hausse de 200 à 300 millions de personnes exposées à un défi cit d’approvisionnement en eau. À + 2°, 10,4 millions de personnes seraient déplacées suite à l’augmentation du niveau marin (+10 cm), 99 % des récifs coralliens disparaîtraient. Des exemples qui montrent que ce demi-degré en plus aura d’importantes conséquences dans nos vies et celles de nos enfants très rapidement.

Des solutions à la portée de tous

Pour entraver ce changement climatique, quatre grandes pistes :
 Boire l’eau du robinet plutôt qu’en bouteille. Les bouteilles plastiques représentent 14 % des déchets plastiques dans les cours d’eau européens !
 Réduire ses achats de vêtements : chaque année, nous achetons 30 kg de vêtements, seulement 1/4 seront recyclés. La production de textile pollue : coloration dans les rivières, transports, emballages...

 

graphique pomme climat

 

CONSOMMER DE LA VIANDE AUTREMENT

Le GIEC recommande de réduire notre consommation en viande. En effet, il n’est pas indispensable de manger tous les jours de viande. Seulement 2 à 3 fois par semaine suffisent. L’utilisation de légumineuses (comme les lentilles) apporte les protéines nécessaires.

Un poulet plus doux pour la planète que le boeuf

Le choix de la viande a son importance. La viande rouge reste la plus polluante. Pour en consommer 150 g, il faut dépenser 102 kg de CO2 (soit l’équivalent de 784 km parcourus par une voiture essence neuve) et 150 à 390 litres d’eau ! Enfin, chaque année, des forêts, tourbières et mangroves sont détruites pour produire la nourriture nécessaire à l’élevage.
Exemple en a été donné cet été lors des incendies en forêt amazonienne, utilisée pour produire du soja destiné notamment à l’élevage français. Des changements d’habitudes alimentaires bénéfiques pour notre santé (maladies cardio-vasculaires), notre porte-monnaie et notre environnement !