Accueil

La Planquette des Animaux Humides

Basée à Brie depuis 1998, la Cie la Planquette des Animaux Humides crée des événements et actions artistiques pluridisciplinaires.

La Planquette

Elle participe également à des courts-métrages et à des clips. Parallèlement, elle mène des actions de sensibilisation. Rencontre avec sa créatrice, Véronique Maury, chorégraphe et danseuse.

 

 

 

Quelle est l’histoire de cette Cie  ?
J’ai créé cette Cie il y a une vingtaine d’années pour monter des spectacles. Environ 20 danseurs se produisent sur chaque pièce. Nous pratiquons la danse contemporaine, mais les productions mêlent danseurs, plasticiens, comédiens, musiciens…

Pourquoi avoir choisi ce nom  ?
La Planquette des Animaux Humides est le nouveau nom de la Cie. Nous avions beaucoup travaillé sur le thème des animaux lors des précédents spectacles et puis je vivais anciennement dans une maison humide où apparaissaient tritons, limaces… Donc c’est un clin d’œil  !

Votre Cie est en résidence à Brie, pouvez-vous en dire plus  ?
Nous sommes en résidence depuis 2 ans au Safran. Je travaille sur un spectacle avec une danseuse professionnelle. La salle est rendue disponible pour monter le spectacle prévu pour 2018. Deux plasticiens gèrent la scénographie (construction, décor, accessoires et films d’animation projetés pendant le spectacle).

Qui peut venir danser dans la Cie  ?
La Cie est ouverte à tous, débutants comme confirmés. Il y a des spectacles pour tous niveaux, mais aussi un groupe travaillant sur un spectacle plus poussé.

Comment se déroule la gestion d’une Cie  ?
La gestion artistique c’est facile car c’est mon métier. Mais il y a tout ce qui est administratif, il faut vendre le projet, gérer les danseurs amateurs, et tout le côté technique avec la gestion des salles, des plannings, etc.

Sur quels types d’évènements vous produisez-vous  ?
Nous nous produisons toujours en extérieur, car il y a une interaction avec la nature notamment, et je suis inspirée par les arts de la rue également. Les spectacles sont accessibles à tous publics, ils sont trash et rigolos, trempent dans l’absurde.

Véronique Maury

"Avec un père entraîneur de basket, je n’étais pas destinée à la danse. J’ai pratiqué le basket jusqu’à mes 18 ans, puis un jour j’ai accompagné une copine à la danse. J’ai tout de suite accroché et j’ai fait des études en danse. Au début je donnais des cours, puis je me suis rendue compte que je préférais la chorégraphie et surtout le travail de recherche pour chaque pièce. On se remet toujours en question, on voit ce qui fonctionne ou non. Mon objectif est de créer de l’émotion, des images. Le plus gros de mon travail est la Cie, et je donne des cours de danse aux enfants dans des classes de maternelle. Je commence également à faire des expositions et pratique en cabinet le Shiatsu, mêlant travail énergétique et dansé."